Patrick Burensteinas, créateur d’esprit d’entreprise

Patrick Burensteinas, créateur d’esprit d’entreprise

Ce mois-ci, Emmanuelle Hervé s’est entretenue avec Patrick Burensteinas, scientifique ! Mais aussi auteur, conférencier et formateur international. C’est un cadeau pour la nouvelle année ! Remettre de l’âme dans nos quotidiens.

Scientifique de formation, il s’est intéressé à l’alchimie en l’expérimentant. Fasciné il en a fait son métier. Il se définit ainsi aujourd’hui comme un spécialiste de la création d’esprit d’entreprise avec des moyens symbolique et cognitif.

L’alchimie est une croyance ésotérique, ce n’est pas une matière scientifique. Elle intègre en revanche de nombreuses disciplines telles que la chimie, la physique, la métallurgie, l’art et la spiritualité. Dans l’imaginaire collectif, l’alchimie est la recherche de la pierre philosophale, qui permettrait de transformer tout métal en or.

Patrick Burensteinas explique qu’au contraire, l’alchimie n’est pas la recherche de l’or, mais de « l’aor », qui signifie Lumière en Hébreu. Dans cette conception, la pierre philosophale n’est alors plus un objectif à atteindre, mais bien un moyen. Il s’agit d’un outil qui a pour objectif de faire des trous dans la Matière, obstacle vers la Lumière. Cette lumière nous permet ainsi de retrouver notre capacité d’émerveillement.

On tire de cette interprétation une de mes phrases préférées : « Persévérez ! Percer et vous verrez… »

 

De quoi avons-nous parlé ?

 

J’avoue qu’au début j’étais très intimidée. Ce n’est pas mon monde, c’est ma première rencontre avec un alchimiste…  de quoi allais-je bien pouvoir lui parler ? Et puis je me suis demandée quel était le regard de l’alchimie sur les entreprises ; quels étaient les liens, les passerelles entre ces mondes – soupçonnant que l’indicible et l’esprit sont parfois ce qui manque le plus aux organisations trop souvent privées d’âme.

Pas totalement certaine d’avoir réussi l’exercice de vulgarisation, je vous conseille surtout de l’écouter 🙂 afin de vous faire une idée du personnage et de la richesse de ses interventions et champs de réflexions.

Travaillez-vous avec des sociétés ?

Bien-sûr ! Un leader de la construction m’a demandé de mettre de la magie dans le béton, une banque luxembourgeoise a cherché à mesurer la valeur de l’immatériel, des aires d’autoroutes ont été transformées en chemins pour se perdre… Des parcs d’accrobranches ont aussi voulu développer des thèmes « contes et légendes » dans des lieux particuliers.

Et Paris ? Nous vous entendons souvent décrypter les symboles des lieux, et c’est passionnant, que diriez-vous à propos de Paris ? 

Au-delà de la tribu gauloise des Parisis, Paris s’entend surtout « par Isis ». Le culte d’Isis c’est la résurrection. Il est présent à Paris jusqu’au VIème siècle puis la protection de la ville sera assurée par Sainte Geneviève.

Que reste-t-il du culte d’Isis ?

François Mitterrand a par ses grands travaux rendu hommage au culte d’Isis et à l’Egypte ancienne. On ne citera que quelques exemples :

– La Grande Arche de la Défense a été construite en respectant les proportions des pyramides égyptiennes ;

– La place de la Concorde forme un cadran solaire géant et au sol une plaque rappelle que « c’est ici que se couche le soleil de Thèbes » ;

– La pyramide du Louvre et la grande bibliothèque.

Place de la Concorde. Au sol, les chiffres du cadran.

Le soleil de Thèbes.

Impressionnant ! Je ne regarderais plus les tours de la Défense de la même manière. Mais pour revenir à nos chères entreprises, quel parallèle faites-vous ?

Prenons l’exemple d’Apple

Apple c’est magique, c’est beau ; on veut un produit Apple. Le PC c’est laborieux, c’est noir ; ce n’est pas magique.

Apple a (ou avait) un gourou : Steve Jobs. Ses shows s’apparentaient ainsi à de grandes messes ou cultes. Il est mort et Apple a commencé à mourir.

Apple a perdu son âme et depuis la magie n’opère plus. Apple a traversé de nombreuses crises et sa communication s’est toujours appuyée sur l’expérience (magique) du client et « circulez il n’y a rien à voir ». Or la dernière crise, toute récente, celle de l’obsolescence programmée des batteries, a montré que la magie n’opère plus… Apple était immunisée par la figure mythique de Steve Jobs [1].

Prenons les grandes banques

Leurs bureaux ressemblent à des temples et leurs employés sont tellement uniformisés qu’ils pourraient s’apparenter à un clergé. Les banques ont tous les pouvoirs et en particulier celui de l’ex-consommation. Elles ont un dieu : le dollar. Elles ont également leurs gourous et même leurs rebelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou encore Air France

Air France a perdu son âme. Regardez les pilotes d’Air France toujours en grève : ils se voient comme les héros de l’aéropostale, ils se croient Saint Exupéry alors que ce sont des chauffeurs de bus. Comment les réconcilier ?

On parle beaucoup de parité dans l’entreprise, quel est votre point de vue ?

L’homme et la femme sont différents par essence et par nature. La femme amène l’esprit dans la matière puis l’homme la prend et l’amène dans le monde. Par conséquent, l’esprit d’entreprise peut plus facilement être incarné par la femme.

Dans une entreprise, la parité n’a aucun sens…. L’homme est dans la réalisation et la femme dans la conception. Dès lors il faudrait féminiser les conseils d’administration et laisser les comités exécutifs aux hommes.

Si l’on applique l’alchimie à la gestion de crise… comment utiliser votre interprétation du monde dans notre métier ?

Voici en quelque sorte la base : la matière, « l’âme à tiers », doit être associée à un concept spirituel. Les tiers sont : le sel (la dissolution), le souffre (le feu) et le mercure (l’esprit)

La communication comme illustration

 La communication est fondamentalement constituée par la nature de l’information et par sa circulation :

– 1000 notes sont écrites, c’est une maladie de mercure ;

– Une note est écrite mais elle ne circule pas : cela crée une inflammation, c’est une maladie de souffre ;

– Une note est écrite mais elle n’est pas affichée, c’est une maladie de sel.

Lorsque ça va mal, c’est souvent une maladie de souffre ; autrement dit, c’est une inflammation (on parle plus souvent de conflit). La résolution du conflit est une solution, on le dissout ! La solution du mercure consiste elle à créer ou recréer l’esprit d’entreprise. Il faut y croire, répandre la bonne parole et agir.

Le métier de consultant

Comprendre, c’est-à-dire « prendre avec compassion », permet d’anticiper les réactions et j’ajoute qu’en crise, les victimes (parce qu’elles ont eu peur ou ont été vexées) vont avoir tendance à médiatiser leur fureur, faire du bruit, faire sortir le souffre. C’est mécanique, on déverse le souffre sur d’autres ; ce sont les vases communicants.

Lorsqu’on est consultant, on se met dans une posture où la personne en face, le client en situation de crise, doit savoir qu’elle peut déverser son mal, son souffre, sur nous, car on « prend avec compassion ».

L’alchimie appliquée aux licenciements

L’énergie entre l’entreprise et l’employé circule en suivant un mouvement cyclique : je donne, elle prend, elle donne etc… Lors d’un licenciement, l’énergie est donnée mais il n’y a rien en retour… Plus de don et de contre-don. Alors comment dissiper cette énergie qui du coup s’accumule ? Soit on pleure, c’est le sel, la dissolution. Soit on explose ; c’est thermique, dynamique, l’énergie de la colère qui casse tout.

Le changement en entreprise

Le corps a horreur des surprises. Il a un capital, variable d’une personne à l’autre, et chaque changement entame ce capital. A la fin il n’y a plus de réserve et c’est la dépréciation donc la dépression ou la surpression et le burn-out.

Vous êtes très souvent invité à décrypter la symbolique dans l’architecture, mais quid des entreprises ?

Prenons l’exemple d’Orange : le carré c’est la force, la couleur orange c’est la communication.

Du coup le concurrent SFR choisit le carré également mais en rouge ; le rouge c’est la puissance mais offensive.

Mais alors puis je vous demander ce que signifie notre logo ?

Le carré c’est la force. Le bleu c’est la puissance, mais la puissance passive. Le « E » symbolise le monde, le « H » l’équilibre et le « A » les règles. Donc « EH&A » est une entreprise qui donne à ses clients la puissance de retrouver l’équilibre à l’aide de méthodes.

Ah ! et l’« & » ?

[Rires] C’est le grain de folie qui permet d’y mettre de l’esprit !

 

Bibliographie et conférences

Ouvrages

Patrick BURENSTEINAS, La Trame – Se soigner par l’énergie du monde, Paris, Le Mercure Dauphinois, 2002.

Patrick BURENSTEINAS, Le Disciple – Trois contes alchimiques, Paris, Le Mercure Dauphinois, 2004.

Patrick BURENSTEINAS, De la Matière à la Lumière – Pierre philosophale, modèle du monde, Paris, Le Mercure Dauphinois, 2009.

Patrick BURENSTEINAS, Chartres – Cathédrale alchimique et maçonnique, Escalquens, Trajectoire, 2012.

Conférences et vidéos YouTube

Quelques conférences ou émissions à voir sur YouTube : i. a. « La transmutation alchimique » (pour Tistrya en mars 2016), son intervention dans l’émission « Dans tous nos états » (juillet 2016), « L’alchimie du couple » (présentée au Québec en juillet 2017), « Un voyage dans la tradition » (sur Meta TV en juin 2017) et « Un alchimiste raconte – partie I et II » (décembre 2017).

Une illustration alchimiste au cinéma : les films de Besson

Subway : la terre

Le grand bleu : l’eau

Nikita : le feu

Léon : l’air

Le cinquième élément : l’âme

Le site internet de Patrick Burenstainas : http://www.orifaber.fr

 

[1] Sur ce sujet un très bon article de notre ami Olivier Cimelière : « Communication de crise : Mais quelle mouche a donc piqué Apple ? »